Retour sur Edinburgh Yarn Festival 2018

Mieux vaut tard que jamais, voici enfin un petit retour sur l’édition 2018 d’Edinburgh Yarn Festival !

J’ai eu la chance de m’y rendre en compagnie d’Adeline, collègue et copine tricoteuse passionnée. Nous avons passé 3 jours sur le festival, ce qui nous a permis de prendre du temps sur chaque stand, de réfléchir à de nouveaux projets (il nous a été impossible de nous en tenir à notre liste de départ, il faut bien l’avouer), mais aussi de nous asseoir tranquillement pour tricoter. C’est un festival très convivial, c’est vraiment l’occasion de rencontrer des tricoteurs et tricoteuses du monde entier et des designers de talent (Isabell Kraemer, Ysolda Teague, Stephen West, Eli de Skeindeer Knits… et j’en passe). Et bien sûr, d’en prendre plein les yeux ! Pour ne rien gâcher, Édimbourg est vraiment l’une de mes villes préférées.

 

Quelques jolies découvertes

Si je n’ai pas réussi à résister à la tentation de ramener de la Léttlopi, de la Tukuwool ou de la Blacker Yarns, ce festival a surtout été pour moi l’occasion de découvrir de nouvelles références que je ne connaissais pas du tout et que je n’aurais peut-être pas osé acheter sans pouvoir les voir et les toucher. Comme toujours, j’ai pris du bleu (ça change du gris !), mais j’ai aussi craqué pour des laines non teintes, très naturelles.

Baa Ram Ewe, Dovestone Natural Aran : laine naturelle, non teinte, Aran. 50 % Bluefaced Leicester, 25 % Wensleydale Longwool et 25 % Masham. La couleur est très lumineuse, la laine est très douce. Je n’en ai pris qu’un écheveau, voué à se transformer en bonnet… Baa Ram Ewe soutient la production locale de laine du Yorkshire.

Ripples Crafts, Hand Dyed Yarns Suilven : laine teinte à la main, dans le nord-est des Highlands. 60 % Merinos, 20 % Yak et 20% Soie, en fingering.  Laine d’une douceur et d’une luminosité incroyables. J’en ai pris 4 écheveaux pour faire un gilet.

The Border Mill, Alpaca Mohair DK : 50 % Alpaga, 50% Mohair. De façon un petit peu inattendue, cette laine aura vraiment été mon coup de cœur du festival. Elle est sublime ! Cette laine artisanale provient d’une petite filature des Borders, dans le sud de l’Ecosse. N’ayant pu m’en procurer suffisamment pour faire un châle, j’ai tout de même ramené de quoi faire une paire de moufles.

Town End Alpacas, Fine Alpaca Sock : 90 % Alpaga, 10 % Nylon. Laine non teinte provenant d’une filature située dans le Lake District, dans le nord-ouest de l’Angleterre. Elle promet des chaussettes d’une douceur et d’une chaleur exceptionnelles… J’ai d’ailleurs déjà tricoté un échantillon pour réaliser les Elementary Watson Socks, dans le cadre du KAL Le Crime du Tricot Express.

The Border Tart Blue Moon, Sun of Jupiter : mélange de Masham et de Blue Faced Leicester, non teinte, provenant là encore d’une filature artisanale des Borders (spécialisée dans la teinture à l’indigo). J’en ai ramené quelques écheveaux pour tricoter le châle Kyler d’Isabell Kraemer.

Kettle Yarn Co., Baskerville DK : mélange d’Exmoor Blueface, de British Gotland et de Soie. Laine très lumineuse, un petit peu brillante grâce à la présence de la soie, fabriquée avec éthique. Comme pour la Town End Alpacas, j’en ai tricoté un échantillon pour le KAL Le Crime du Tricot Express, l’idée étant de réaliser Ancasta en version pull.

J’ai profité de l’occasion pour ramener deux jolies pochettes Danica Studio, sur lesquelles je lorgnais depuis un petit moment mais que je n’avais jamais commandées à cause des frais de port.

Enfin, je me suis procuré un très bel ouvrage de Marie Wallin, Shetland. Les modèles qu’il contient sont magnifiques, j’attends toutefois d’être un petit peu plus expérimentée en jacquard pour me lancer !

Quelques conseils pour préparer votre venue au festival

Les tickets d’entrée sont disponibles en prévente plusieurs mois à l’avance (cette année, dès le mois de janvier) et il est très avantageux de se les procurer en ligne : cela vous évitera de faire une longue queue le jour de votre venue. Les billets se vendent très vite : il faut impérativement se connecter le jour de la mise en ligne pour avoir une chance d’en obtenir. Autre avantage : cette année, le premier jour, le salon n’était accessible qu’aux personnes en possession de billets vendus en ligne, il y avait donc beaucoup moins de monde que les autres jours, ce qui permettait de découvrir les différents stands dans des conditions optimales.

Si vous souhaitez participer à des cours de tricot, il est nécessaire de s’inscrire encore plus tôt (pour le festival 2018, je crois que c’était au mois d’octobre 2017…) ; les intervenants et les thèmes sont vraiment très intéressants. Il est difficile d’anticiper autant, mais si vous en avez la possibilité, n’hésitez pas ! Je n’ai personnellement pas pu m’inscrire, ce qui a été une petite source de frustration, mais ça ne m’a en aucun cas gâché le plaisir d’être au festival.

Plusieurs événements sont organisés dans le cadre du festival, comme la Knit-Night : là encore, n’hésitez pas à vous inscrire, c’est vraiment l’occasion de rencontrer plein de tricoteurs et de tricoteuses du monde entier, dans une ambiance très sympa !

Enfin, si vous êtes sur Ravelry, vous pouvez rejoindre le groupe du festival, vous y trouverez une foule d’informations utiles.

Les dates sont déjà annoncées pour 2019 : le festival aura lieu du 21 au 23 mars, toujours à l’Edinburgh Corn Exchange. Vous pouvez dès à présent vous inscrire pour recevoir leur lettre d’information !

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *